• Novembre 1952Là où tout a commencé

    Reprise d'un petit magasin de machines, rue des Savoyards par les Landrain
  • 1957Landrain Bureau

    Déménagement au 22 de la Rue Porte Haute et développement de la papeterie et librairie
  • 1970Adieu librairie

    Mais beaucoup de livres sont restés dans la cave de la maison...
  • Novembre 1987Bureau Memo

    Reprise du commerce (belle-)familial par Benoît. Landrain Bureau devient Bureau Memo
  • Janvier 1995Transformations

    On se rappelle tous du jaune pâle et du bleu électrique !
  • Septembre 1995Arrivée de Sabrina

    Ça méritait une place dans la Timeline !
  • 2012LE déménagement

    Quand le Petit est devenu grand... À la Chaussée de Liège, 9, ce sont maintenant 400m2 qui sont consacrés à la papeterie, aux beaux-arts et aux fournitures de bureau
  • Aujourd'huiToujours là !

    (Et comme le bon vin...)

« Petit par le nom, grand par… tout le reste ! »


1952 – Monsieur et Madame Landrain-Heymans reprennent un petit commerce de machines à la Rue des Savoyards.

Rue des Savoyards photo d'archive Marche-en-Famenne

Rue des Savoyards (plus ou moins à cette époque)

Vous voyez ? C’est là où est la boulangerie Delhaye, où Vincent Cosme avait sa librairie, et Bibine sa petite boutique d’antiquités. C’était encore l’époque du Grand George et des calèches (non, pas des calèches…).

1957 – La petite boutique de machines déménage à la Rue Porte-Haute, une autre rue très commerçante de la ville, et développe la papeterie et la librairie. Landrain Bureau devient la référence en matière de matériel scolaire et s’occupe, notamment de la procure des écoles libres à Marche.

Nous arrivons en 1987, même endroit. Une mouche, inconnue au bataillon mais qui avait un sacré projet derrière la tête, a piqué  un jeune homme fraîchement diplômé en éducation physique. « Et si je reprenais Landrain Bureau ? C’est l’occasion de se mettre belle-maman dans la poche *petit bonhomme qui lève les yeux* ». Après tout, ça peut être marrant de passer du plinth au papier repro.

« Super idée! », se dit son épouse, la fille Landrain, la gorge nouée, le soupire dans la voix, les yeux au plafond. Elle qui avait entraperçu la possibilité de sortir de la guerre des crayons, allait visiblement rempiler pour quelques années. On vous passe les discussions interminables et les histoires de chicon au gratin…  

À l’époque déjà, on disait que le commerce de détail ne ferait plus long feu, que les grandes surfaces engloutiraient les petits commerces, qu’il était complètement fou. Mais Benoît (Petit, donc par le nom) n’écoutant que lui et « Jardins et Loisirs » a foncé tête baissée. Rien n’aurait pu l’arrêter.

La mayonnaise prend. Quelques années plus tard, il agrandit le magasin, engage du personnel et ne cesse d’avoir des projets. C’est comme ça qu’en 2011, il décide de déménager au tout début de la Chaussée de Liège. Marche s’est développé, le boulevard urbain voit défiler des milliers de voitures par jour. Juste en face du Colruyt, aux portes de la ville, parking privé de 30 places, ce sont 400 mètres carré qui attendent ces fameux petits crayons et rames de papier repro.

L’aventure était risquée. Mais force est de constater que 35 ans plus tard… il est toujours là ! Mieux encore : il a réussi à créer une grande surfacede détail qui ne cesse de se développer et d’accueillir de nouveaux clients.

parallax background

 
 

Ils sont à votre service


 

Contact


Un petit mail, un petit coup de fil... On se fera toujours un plaisir de vous répondre!